Interpellé à l’aube du vendredi 20 décembre 2019 à son domicile à Cotonou, puis emmené à l’Office central de répression de la cybercriminalité où il a été retenu en garde à vue jusqu’à son procès, , Ignace Sossou, Journaliste à Bénin Web TV et membre de la CENOZO, avait  été condamné 18 mois de prison ferme et au paiement d’une amende de 200 000 F CFA au terme d’un jugement expéditif  le 24 décembre 2019.  Après le tollé général que cette condamnation inique a suscité, la sentence à été revue à la baisse en appel soit exactement 6 mois d’emprisonnement ferme. Notre confrère Ignace Sossou a recouvré la liberté le mercredi 24 juin 2020 après avoir purgé entièrement sa peine.

En rappel, Ignace a été accusé de “harcèlement ayant créé un stress émotionnel sur la personne du procureur Mario Mètenou”, pour avoir repris les propose de ce dernier dans des tweets. Ces propos avaient été tenus par le magistrat lors d’un atelier organisé par CFI Médias à Cotonou, à l’occasion du lancement du projet Vérifox. Igance Sossou a donc été contraint à six mois d’emprisonnement ferme pour avoir relayé des faits vérifiés et confirmés par plusieurs sources y comprises celles manipulées par la justice au moment des faits.

La Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d’investigation en Afrique de l’ouest (CENOZO), International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ), Reporters sans frontière (RSF) et toutes les organisations professionnelles de médias du Bénin et du monde se sont mobilisés pour dénoncer cet acte d’une autre époque et appelé en vain à sa libération immédiate. Malheureusement, la cabale contre Ignace Sossou s’est poursuivie jusqu’à son procès en appel où sa peine a été ramenée à six mois de prison ferme.

CENOZO se réjouit aujourd’hui de cette liberté retrouvée du journaliste d’investigation, dont le travail remarquable a été reconnu par ses pairs. Elle félicite les organisations professionnelles des médias du Bénin pour leur mobilisation, les invite et les encourage à entreprendre toutes les démarches pouvant contribuer à protéger la liberté de la presse, collaboration avec toutes les organisations sœurs en Afrique et dans le monde.

 

Fait le 25 juin 2020

Le bureau exécutif de la CENOZO